BLOGUE | Réflexions sur la contribution du concept des points névralgiques dans le cadre de l’Initiative de recherche concertée sur l’adaptation en Afrique et en Asie (IRCAAA)

par Ahmed S Khan, Ph. D.

Titulaire d’une bourse de perfectionnement professionnel en 2017, IRCAAA, CRDI, Ottawa (Ontario), Canada

 

Après avoir travaillé au sein du programme de l’IRCAAA pendant un an en tant que titulaire d’une bourse de perfectionnement professionnel, à partir des bureaux du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), M. Ahmed Khan partage ses réflexions sur l’accent mis par le programme sur les points névralgiques des changements climatiques.

 

Thomas Kuhn est reconnu pour avoir inventé le terme « changement de paradigme », lequel fait référence aux idées ou aux processus sociaux nouveaux qui changent notre conception actuelle des phénomènes. Même si M. Kuhn a fondé ses idées sur la révolution scientifique dans les sciences mathématiques et physiques, ce concept a été appliqué aux sciences biologiques et sociales, et illustre bien l’évolution des idées liées à un domaine d’étude.

La recherche sur les « points névralgiques » constitue un domaine qui a fait l’objet d’un changement de paradigme radical au cours des dernières décennies. Tirant son origine dans la conservation de la biodiversité à la fin des années 1980, le concept est maintenant largement utilisé pour les réactions rapides et rentables aux catastrophes naturelles, aux épidémies, et aux répercussions des changements climatiques. Dans le domaine des changements climatiques et du développement, le terme « points névralgiques » fait référence aux régions géographiques accueillant un grand nombre de personnes vulnérables qui tirent leur subsistance d’activités économiques menacées par les changements climatiques. Par ailleurs, l’approche fondée sur les points névralgiques des changements climatiques est actuelle et populaire en raison de l’attention transdisciplinaire et de l’approche globale qu’elle suscite en s’attaquant aux multiples vulnérabilités dans les systèmes humaines et naturels, ainsi que de la diligence raisonnable exercée à l’égard des questions non liées au climat.

Cela a été la motivation justifiant l’utilisation de cette approche dans le cadre de l’IRCAAA, laquelle a mis l’accent sur trois points névralgiques des changements climatiques dans les bassins hydrographiques, les deltas, et les régions semi-arides, afin de s’attaquer aux multiples vulnérabilités (figure 1). Une caractéristique unique de ce paradigme est qu’il ajoute plusieurs volets aux enquêtes aux fins de recherche, à l’échelle des disciplines, des secteurs et des régions, puisque les changements climatiques constituent un domaine transversal et qu’ils exigent des approches interéchelles et fondées sur les lieux.

IRCAA

Figure 1 : Les points névralgiques ciblés par l’IRCAAA dans les régions semi-arides, les deltas et les bassins hydrographiques.

Pour ces raisons, l’IRCAAA a été structurée en fonction de quatre groupes de recherche de type consortium auxquels ont participé plus de 18 établissements de recherche dans plus de 15 pays, 40 organisations partenaires au sein des continents et entre ceux-ci, et un total de plus de 450 chercheurs. Le programme de recherche est fier de disposer d’une « conception » solide, y compris des cadres de recherche indépendants dans chaque consortium, une attention portée au leadership organisationnel, et la création d’espaces d’apprentissage et de collaboration à l’échelle des consortiums afin de favoriser les efforts de synthèse par l’entremise de groupes de travail et de réunions de programme annuelles. Ainsi, la sexospécificité et la migration constituent des exemples de sujets faisant l’objet de deux groupes de travail qui regroupent des membres des quatre consortiums, en raison de leur pertinence stratégique dans les trois points névralgiques. En utilisant le point névralgique comme unité d’analyse transversale, des perspectives nouvelles et intéressantes ressortent maintenant du travail individuel et collaboratif accompli par les consortiums.

Alors que le programme de l’IRCAAA prendra fin en 2018, certains résultats et produits livrables clés renforcent l’utilité de l’approche fondée sur les points névralgiques. Par exemple, le travail de recherche des consortiums a permis d’apporter de nouvelles connaissances et de nouveaux outils pour mieux comprendre la science climatique dans les points névralgiques, surtout en ce qui concerne la prévision et la modélisation d’un scénario de réchauffement climatique de 1,5 °C. Cela est encore plus évident dans les régions qui dépendent des ressources, c’est-à-dire les montagnes de l’Asie couvertes d’un manteau neigeux et de glaciers, ainsi que les régions semi-arides de l’Afrique. Au fur et à mesure que de nouveaux résultats de recherche sont disponibles, on assiste à un « changement de discours » à l’égard des nouvelles occasions pour les économies résilientes. Celles-ci ont été examinées grâce à la mobilisation des intervenants sur des questions comme la migration et les envois d’argent et les chaînes de valeur de produits, lesquelles sont essentielles pour la sécurité alimentaire ainsi que le développement économique régional et national, surtout dans les points névralgiques des régions semi-arides. De plus, le travail de l’IRCAAA a contribué à créer des « espaces de solutions » pour la coproduction de connaissances qui portent sur le changement d’attitudes et de perceptions à l’égard des avantages connexes du développement et de la planification de l’adaptation, lesquels sont essentiels pour les questions touchant la pénurie d’eau, les sécheresses, et les mesures pour s’attaquer aux espèces envahissantes.

Enfin, la théorie du changement de l’IRCAAA repose sur les stratégies d’utilisation des résultats de recherche pour créer un impact à grande échelle, par l’intermédiaire des spécialistes de la communication qui travaillent à l’interface entre la science et la politique et qui peuvent agir à titre de courtiers du savoir en exploitant différentes occasions d’influer sur les politiques. En vue d’exercer une influence sur le changement, les spécialistes dans le domaine de l’utilisation des résultats de recherche ont élaboré des guides et des cartes de réseaux d’intervenants afin de mobiliser les connaissances, et ils collaborent avec les décideurs responsables des politiques à différents niveaux et dans différents forums. À l’échelle locale et nationale, nous constatons cette assimilation des connaissances qui portent sur des enjeux comme les obstacles aux décisions en matière de migration, ainsi que les motivations de celles-ci, dans les régions des deltas du Volta, du Mahanadi et du Brahmapoutre qui sont pertinentes pour les plans nationaux concernant les deltas ainsi que la gestion intégrée des zones côtières.

Grâce à l’utilisation de l’approche fondée sur les points névralgiques, des partenariats et des plateformes d’apprentissage interrégional ont été créés. De plus, les capacités locales ont été renforcées par une vague de stagiaires et de chercheurs interdisciplinaires qui reconnaissent la valeur des pratiques exemplaires et des outils novateurs. Une réalisation importante de l’IRCAAA est l’investissement qui a été effectué au regard des gens afin qu’ils puissent être réceptifs en tant que champions du climat et chefs de file futurs. Cela est visible et bien représenté dans les histoires de changement, ainsi que la qualité et la quantité de publications scientifiques, d’exposés de politique, de vidéos et de bandes dessinées qui ont découlé des consortiums de programme pour éduquer, susciter et favoriser des changements positifs.

Ce changement de paradigme dans l’approche fondée sur les points névralgiques est très pertinent dans le domaine de la recherche pour le développement en matière de changements climatiques, car il nous fournit des outils analytiques, des nouvelles connaissances, et des solutions novatrices pour aider à régler les problèmes de durabilité les plus urgents de notre époque.

TAGS