BLOGUE | Affronter les incertitudes dans la recherche en vue de retombées

Affronter les incertitudes dans la recherche en vue de retombées

par Georgina Cundill-Kemp, administratrice de programme principale du CRDI

Il fut un temps où nous pensions que le changement était prévisible et que nos interventions, dans certains contextes, entraîneraient les résultats attendus.

Aujourd’hui, nous savons qu’il n’en est pas ainsi. Nous comprenons que toutes les communautés, tous les gouvernements et tous les pays font partie de systèmes politiques, économiques et culturels étroitement liés. Il en est de même pour chacun d’entre nous. Ces systèmes peuvent être très résistants au changement tout en faisant l’objet de transformations rapides et imprévues ayant des répercussions qui dépassent largement l’origine du changement. Nous continuons d’être témoins, par exemple, des répercussions des changements politiques relativement rapides en Europe et aux États-Unis.

Quand nous pensons à l’avenir, nous entrevoyons un monde qui sera certainement aux prises avec les changements climatiques, et nous savons que certaines communautés sont plus vulnérables que d’autres. Nous devons à tout prix travailler avec ces communautés pour accroître leur capacité à affronter un avenir incertain tout en oeuvrant à démanteler les structures du pouvoir qui maintiennent les inégalités en place et qui entraînent une plus grande vulnérabilité. En d’autres termes, nous devons travailler au changement dans des systèmes étroitement liés où les résultats de nos interventions ont tendance à être imprévisibles.

Pour mener à bien une recherche en vue de retombées, nous devons accepter cette incertitude et, du même coup, accepter que notre volonté de changement fasse partie d’un processus évolutif. Nous devons nous montrer déterminés et nous demander pour qui nous travaillons au changement, comment nous y travaillons, et surtout, qui risque de perdre si nos efforts portent leurs fruits. Il est facile de se laisser submerger par ces questions. Cependant, dans le cadre de l’Initiative de recherche concertée sur l’adaptation en Afrique et en Asie (IRCAAA), nous avons tiré des leçons sur les manières d’avancer malgré les incertitudes.

Comment favoriser les retombées devant tant d’incertitude ?

Commençons par définir ce que nous entendons lorsque nous parlons de l’obtention de retombées. Au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), nous croyons que la recherche a des retombées lorsqu’elle profite à la société, et pensons qu’il existe de nombreuses façons d’atteindre cet objectif. Mark Read adopte une vision similaire, voire légèrement plus englobante de la recherche en vue de retombées puisqu’il définit les retombées comme le « bien que la recherche peut faire dans le monde ».

Même avec les meilleures intentions du monde, il est facile de se sentir paralysé devant l’énormité de la tâche à accomplir et les faibles chances de réussite. Au cours des cinq dernières années, le programme IRCAAA s’est penché sur le maintien de l’espoir, la poursuite des efforts de transformation et l’amélioration de la situation.

Souplesse, apprentissage et changement : selon notre expérience, il s’agit des trois principes qui gouvernent l’efficacité de la recherche en vue de retombées. Ces principes ont contribué à ce que les recherches d’HI-AWARE soient intégrées au Plan national d’adaptation du Népal et ont permis au PRISE de pousser les parlementaires pakistanais à intégrer les renseignements sur le climat dans l’élaboration de leurs politiques. De plus, ces principes ont aidé l’ASSAR à favoriser l’adoption de considérations liées au genre et au climat dans la planification du développement et la gestion de la sécheresse au Botswana en plus de jouer un rôle important dans l’influence du projet DECCMA sur le Plan d’action sur les changements climatiques de l’Odisha, en Inde, en soulignant notamment l’importance des différences de genre.

 

riu 1
À la suite des commentaires de l’équipe du DECCMA selon lesquels le Plan d’action 2018-2023 sur les changements climatiques de l’Odisha faisait fi des sexospécificités, le gouvernement de l’état y a consacré un chapitre. (Photo : DECCMA)

 

riu 2
Nous avons convaincu les parlementaires pakistanais de prendre en compte les données sur le climat dans l’élaboration des politiques. (Photo : PRISE)

 

Toutes ces réussites nous ont permis de comprendre que pour réellement faire preuve de souplesse, et bien intégrer l’apprentissage et le changement, nous devons accorder la priorité aux relations à long terme avec nos partenaires sur le terrain et adopter une pratique réflexive qui se développe au fil du temps. Le Guide d’apprentissage sur la mise en application de la recherche de l’IRCAAA est conçu pour la transmission de nos apprentissages au-delà du programme.

Que devons-nous changer pour faire preuve d’une plus grande souplesse ?

Bien que la souplesse et l’apprentissage semblent assez anodins, ils ont des répercussions importantes pour les bailleurs de fonds et les équipes de chercheurs et de praticiens. Nous avons appris que les plans de travail et les budgets doivent être abordés comme la confection d’un plat dont la recette est très compliquée : la recette est un guide essentiel, qui renferme d’excellentes idées, mais les résultats imprévus sont monnaie courante. Vous devez savoir improviser quand la sauce ne prend pas.

En tant que bailleurs de fonds, nous, au CRDI, apprenons l’importance de soutenir les équipes de recherche afin de renforcer leur compréhension de l’environnement dans lequel elles évoluent et leur connaissance des points pouvant appuyer le changement dans ces contextes. Pour ce faire, nous devons assouplir les accords de subvention, tout en tenant compte de facteurs critiques de gestion des risques qui mènent à la rédaction de contrats plus stricts, avec des retombées et des résultats prédéterminés d’égale importance.

Les équipes de praticiens de la recherche comprennent qu’elles ont besoin d’équipes diversifiées afin d’avoir les compétences nécessaires pour cerner les possibilités de retombées et soutenir l’apprentissage et la réflexion. Ces équipes réalisent qu’elles doivent prévoir, en début de projet, un budget pour les moments de réflexion et les rajustements. Les fonds doivent aussi avoir la souplesse nécessaire pour permettre aux équipes de se mobiliser rapidement lorsqu’une possibilité de retombée se présente.

En fin de compte, l’importance accordée par l’IRCAAA à la recherche en vue de retombée, dès le début du programme, nous a tous incités à la ténacité pour générer des changements positifs dans les zones sensibles aux changements climatiques. Nous avons surmonté les incertitudes et le fait qu’aucun d’entre nous n’était parfaitement prêt pour s’attaquer aux occasions et aux défis auxquels nous avons été confrontés. À travers tout cela, un groupe de leaders dévoués de la recherche en vue de retombées s’est dessiné, dans l’ensemble du programme, et s’est offert un soutien mutuel (par le biais d’idées ou de support moral, deux valeurs qui nous sont chères). Grâce à la recherche en vue de retombées, l’IRCAAA aura réussi à former un groupe de passionnés partageant une passion pour un avenir équitable dans un monde aux prises avec les changements climatiques. Ce groupe aura acquis l’humilité nécessaire pour continuer à apprendre malgré les succès et les échecs.

 

 

TAGS