Conclusions et leçons

Les conclusions et les leçons qui découlent des recherches entreprises par les consortiums, mais aussi de la collaboration entre les consortiums sur des thèmes transversaux, des groupes de consultation de pays et d’autres initiatives prises par l’intermédiaire du fonds pour les opportunités et la synergie, éclaireront et informeront les intervenants de l’adaptation aux changements climatiques à l’échelle internationale. Consultez cette section pour connaître les résultats attendus dans le cadre d’activités et de projets récents.

Left Arrow Right Arrow
  • Collaboration

    La recherche sur l’adaptation aux changements climatiques exige la collaboration de spécialistes de différentes disciplines. Même si d’autres programmes réalisent ou soutiennent des recherches visant des secteurs, des pays ou des régions en particulier, l’IRCAAA comble une lacune en œuvrant à l’intérieur même de ces territoires, grâce à un réseau de consortiums de recherche.

    Le modèle des consortiums encourage les innovations et permet l’échange de connaissances et d’expérience entre divers secteurs, pays, continents et disciplines. En outre, l’architecture de l’IRCAAA appuie la collaboration entre les consortiums, et permet la tenue d’activités conjointes, la coordination et l’harmonisation des communications et l’engagement auprès des intervenants au niveau national, régional et international, mais aussi la coproduction de connaissances et de synthèses sur différents thèmes transversaux.

    • Les thèmes transversaux

    Des groupes de travail se sont formés pour l’examen de différents thèmes transversaux tels que les sciences du climat, la migration et le genre et l’équité, entre consortiums. Leurs membres s’échangent de l’information au sujet des différentes approches utilisées par les consortiums. Il peut également arriver qu’ils collaborent à l’élaboration de cadres communs afin de garantir l’adoption d’approches communes sur des enjeux précis entre les consortiums.

    • Les groupes d'engagement des pays

    Les quatre consortiums comptent des partenaires de différents consortiums qui effectuent des travaux dans les mêmes pays. Afin de coordonner ces activités et d’élaborer un cadre de communication commun, l’IRCAAA a créé en 2015 des groupes de consultation de pays pour le Bangladesh, le Ghana, l’Inde, le Kenya et le Pakistan. L’objectif de ces groupes est de permettre la réalisation d’activités communes, de garantir l’harmonisation des communications nationales et de faciliter l’apprentissage et la synthèse entre les consortiums. Les nouvelles et les mises à jour concernant l’activité des groupes de consultation de pays seront affichées dans cette section.

    • Fonds pour les opportunités et les synergies

    Le programme de l’IRCAAA vise à promouvoir l’adoption de la recherche sur l’adaptation par des intervenants dans les secteurs de la politique, de la pratique et de la recherche, en garantissant l’accès à un nouveau corpus de données probantes de qualité, et en facilitant la participation à ce dernier. L’un des mécanismes du cadre de mise en application de la recherche est la synthèse et la coproduction entre consortiums. L’IRCAAA a mis en place un fonds pour les opportunités et la synergie qui offre un financement pour appuyer la mise en application de la recherche et les efforts de collaboration parmi les consortiums de l’Initiative. Jusqu’ici, plus de dix initiatives interconsortiums ont été approuvées, et les résultats seront affichés dans cette section à mesure de leur publication.

    Qu'avons-nous appris jusqu'à présent?

    Lisez notre plus récent billet de blogue sur ce sujet:

    Ressources:

    Allison Gonsalves. 2014. Lessons learned on consortium-based research in climate change and development. CARIAA Working Paper no. 1. Centre de recherches pour le développement international, Ottawa, Canada and UK Aid, Londres, Royaume-Uni.

  • Approche par point névralgique

    L’IRCAAA utilise les points névralgiques comme optique de recherche sur les défis communs dans différents contextes. Cette approche peut mener à de nouvelles possibilités et perspectives.

    La vulnérabilité est déterminée par les environnements biophysiques et les modes de subsistance utilisés dans ces environnements, et par les interactions entre eux. Le niveau de risque climatique varie : les plus vulnérables sont très exposés aux risques climatiques et ont un mode de subsistance qui dépend de l’environnement. Il importe par conséquent de mieux comprendre les risques climatiques pour les systèmes physiques, économiques et socioculturels, en particulier pour les plus vulnérables. Ainsi que le soulignent De Souza et al. (2015 : 748) : [TRADUCTION] « La démarche adoptée par l’IRCAAA pour traiter ces vulnérabilités qui se chevauchent est de concentrer ses efforts sur les « points névralgiques » de changements climatiques, définis comme étant les régions où un fort signal de changement climatique s’ajoute à une large concentration de populations vulnérables, pauvres ou marginalisées [...] Grâce à cette méthode des points névralgiques, le programme de l’IRCAAA appuiera la recherche et la collaboration entre les régions et les continents, ce qui nous l’espérons permettra de nouveaux types d’analyse, de nouvelles possibilités de comparaison, et offrira un potentiel d’élargissement à l’échelle régionale, nationale et intercontinentale. »

     

    Ressources:

    De Souza, K., Kituyi, E., Harvey, B., Leone, M., Murali, K. S. and Ford, J. D. 2015. Vulnerability to Climate Change in Three Hot Spots in Africa and Asia: Key Issues for Policy-relevant Adaptation and Resilience-building Research. Regional Environmental Change 15: 747-753.

     

    Szabo S., Nicholls R.J., Neumann B., Renaud F.G., Matthews Z., Sebesvari Z., AghaKouchak A., Bales R., Ruktanonchai C.W., Kloos J., Foufoula-Georgiou E., Wester P., New M., Rhyner J., Hutton C. (2016) Making SDGs Work for Climate Change Hotspots. Environment: Science and Policy for Sustainable Development. doi:10.1080/00139157.2016.1209016

  • Synthèses

    L’IRCAAA encourage l’apprentissage itératif et le partage de connaissances au sein des consortiums et entre ces derniers, dans le but d’obtenir des synthèses et des produits d’apprentissage qui pourront être utilisés dans les domaines de la recherche, de la politique et de la pratique.

    Contribution au rapport spécial 2018 du GIEC concernant l’objectif de limiter la hausse de la température à 1,5 °C

    Les quatre consortiums ont reconnu que la méthode des points névralgiques adoptée par l’IRCAAA pour examiner les incidences et l’adaptation offrait la possibilité de fournir d’excellentes données régionales pour le rapport spécial 2018 du Groupe d’experts intergouvernemental OMM/PNUE sur l’évolution du climat (GIEC) portant sur l’objectif de limiter la hausse de la température à 1,5 °C. L’IRCAAA peut fournir des données uniques, centrées sur les points névralgiques et pertinentes pour les politiques, qui seraient utiles au rapport spécial du GIEC. Ces données pourraient traiter des incidences biophysiques différentielles et des vulnérabilités socioéconomiques d’un réchauffement climatique limité entre 1,5 et 2,0 °C, de même que d’adaptation et des répercussions nationales et régionales des politiques.

    Lisez notre dernier billet de blogue à ce sujet: